Mon dernier rendez vous à Saint Julien En Genevois

Je vais essayer de faire le récit de mes dernières aventures à l’hôpital de Saint Julien. Si un jour, j’ai le temps, je raconterai les épisodes précédents.

Avant de raconter, je tiens à dire que je ne donnerais aucun nom et que je pense que la lamentabilité de ces aventures est plus causée par le manque d’effectif et le matériel hors d’âge que par un manque de compétences.

Donc voilà,
J’avais des douleurs dans la poitrine et je vais donc voir mon médecin traitant.
Il me faire des analyses de sang afin de déterminer si je venais de faire un infarctus. En effet, c’est une analyse de sang pour doser les troponines : pour faire simple quand la valeur est haute : c’est qu’il y a eu infarctus, mais parce que rien n’est jamais simple, ce n’est pas parce qu’elle est basse qu’il n’y a pas eu infarctus.
Les analyses se révèlent bonnes donc à priori pas de soucis. Cependant ,le soir, mon médecin m’appelle et après discussion et suite aux symptômes, m’ordonne d’aller immédiatement aux urgences.

Comme je suis un garçon obéissant, et que je n’avait pas envie pe passer la nuit aux urgences je vais me coucher et j’attends le lendemain pour y aller (Anne Jeanne ne crie pas).
Le lendemain, le mercredi , nous arrivons, ma chérie et moi, aux urgences vers 8 h 30.
Personne dans la salle d’attente ! Oh Miracle…
On sonne et nous sommes reçu par le cerbère de la porte qui fait le trie entre les malades urgents et les autres.

Après avoir expliqué pourquoi je suis là et mon historique ( trois infarctus et une maladie auto-immune) la dame prend les mesures habituelles, tension, pouls, ECG, Saturation O2 et me dis que tout va bien, mais malgré ça ils me reçoivent aux urgences.

La gentille infirmière me fait mettre la jolie tenue du malade et me fait allonger sur un brancard dans une salle.
J’attends une heure, puis elle revient et me fait une prise de sang et une gazométrie (prélèvement de sang dans l’artère AÏE).
Puis elle me pose une perfusion. Suite à cela, un médecin vient me poser des questions (toujours les mêmes) et repart.
Puis on m’emmène faire une radio des poumons.
Une gentille dame (particulièrement désagréable) me fait la radio et me remets dans le couloir.
Quelque temps après, elle arrive et m’explique que suite à une panne de courant, la radio ne peut pas être développée tout de suite et je retourne donc dans le couloir des urgences.

Le médecin revient et m’explique que j’ai un petit épanchement au poumon, mais que ce n’est pas grave.

La gentille infirmière revient (je suis là, dans le couloir, depuis 2 heures) mesure ma saturation O2 : résultat : 94 %. Elle me dit qu’elle est trop basse et me met sous oxygène.
Le gentil médecin revient me dit que les analyses sont bonnes et que je vais aller en cardiologie il est environ 11 h 15, je me retrouve aussi sec dans le couloir.

Après avoir attendu un peu (4 h 30) , je pars en cardiologie, il est environ 15h30.
On m’installe dans une chambre (sans toilettes ni douche, si, si, ça existe encore) , puis on vient me chercher pour un écho cardio et un test d’effort.

Ma cardiologue ne reçoit donc me pose des questions, me fait une échographie cardiaque. Tout va bien, mais elle m’explique que les résultats de la gazométrie ne sont pas bons, je suis en hypoxie PO2 (j’ai juste compris que ce n’était pas bon) : pour faire (très) simple pas assez d’oxygène dans le sang.

Puis, nous faisons le test d’effort sous oxygène (en slip et en chaussons :=) ) , je ne m’en sors pas trop mal , 200 Watts (j’ai un record à 260), mais ma saturation O2 chute à 87% pendant l’effort alors qu’elle ne devrait pas bouger.

Après ces réjouissances, je retourne dans ma chambre et passe ma première (pour cette fois) nuit à l’hôpital.

Jeudi, on me fait une nouvelle prise de sang, puis on me fait un petit coup de bronchodilatateur.
Juste après le médecin de garde passe, m’ausculte et me dis qu’au niveau poumon ça semble bien (sous oxygène et 10 minutes après 20 minutes de bronchodilatateur heureusement !!!),
La saturation O2 au réveil (5 h30) à ) est à 94 % (sous oxygène) puis plus rien jusqu’au soir à part le bronchodilatateur le midi et le soir.

Vendredi, la saturation au réveil est 93% (toujours sous oxygène).
Le médecin arrive, il me demande comment je me sens. Je lui réponds: « moins bien qu’hier »
Il m’ausculte et m’explique que je vais mieux … …(vous m’avez écouté monsieur ???)
Un nouveau coup de bronchodilatateur et ils m’enlèvent l’oxygène.
L’infirmière trouve que je ne respire pas bien.
Je décide, à partir de ce moment là, de ne plus rien dire, pour sortir de là au plus vite.
A 10 h 00, on me dit que l’on va m’enlever la perfusion afin que je puisse me doucher.
A 13 h 30 ( 3h30 plus tard) l’infirmier me débranche la perfusion pour que je puisse me laver (mais me laisse la voie).
À 16 h 00, on m’explique que je ne sors pas parce qu’ils ne savent pas ce que j’ai ; puis plus rien.

Samedi, la saturation au réveil est de 91% (sous oxygène).
Elle continue donc à baisser et donc, très logiquement, on m’explique je vais sortir.
On me demande si je veux partir avant ou après avoir mangé , sérieux ???
Le médecin qui signe ma sortie, m’explique que mon coeur va bien, me demande si je me souviens de mon stage de rééducation cardiaque et m’explique que mes problèmes de respirations sont surement causés par mon système digestif ?????????
Je vais donc partir, mais avant un petit coup de bronchodilatateur (tellement je vais bien )

Je sors avec une enveloppe contenant compte rendu, analyses et ordonnance. J’ai du mal à respirer et des veines très visibles et très bleues (Hypoxie).

En rentrant à la maison, je regarde l’ordonnance pour voir quel bronchodilatateur ils m’ont prescrit : surprise AUCUN.

Sur ce, mon médecin traitant m’appelle pour prendre des nouvelles. Je lui explique ce qui précède et il me donne rendez-vous le mardi à 7 h 30 (le lundi est férié)

Dimanche , je me sens pas super bien et je suis incapable de faire le moindre effort sans m’étouffer, j’espère que mardi mon médecin va me faire faire des examens complémentaires des poumons.

To be continued …

Cet article a été publié dans Personnel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mon dernier rendez vous à Saint Julien En Genevois

  1. Minier nicole dit :

    oui cher monsieur je confirme j’ai ma mère qui a fait un infarctus il y a 2 ans en plus elle avait 84 ans ils l’ont laissé attendre dans la salle d’attente je ne sais pas combien d’heures avant de voir le médecin c’est une catastrophe et en plus c’est un hôpital Suisse je confirme moi même j’ai fait un infarctus donc le 15 m’emmener tout de suite Annecy je suis retourné à Prince à Julien le mode des médecins qui ne parle même pas le français un arrêt de travail jusqu’à jusqu’au qui veut mettre des arrêt de travail de 15 jours trois semaines quand est la rééducation c’est un médecin asiatique qui s’en occupe même pas compétent j’étais très déçu de cette hôpital en tout et pour tout si je venais refaire infarctus je vais au selle tout de suite Saint-Julien c’est une catastrophe depuis des années pour vous dire il y a un jeune homme qui a été dans cet hôpital pour une appendicite il il est ressorti avec une jambe en moins qu’on lui a enlevé il avait 17 ans et le procès a duré 20 ans pour avoir gain de cause c’est pour vous dire que les catastrophe c’est pas d’aujourd’hui la prochaine fois monsieur allez je vous conseille au chal pour votre sécurité et votre santé bonne continuation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s